select
Recherche avancée
S'identifier | Mon Compte | Aide
Vous n'êtes pas identifié

SUR SCÈNE


Payot Libraire vous propose d’aller à la rencontre des textes littéraires adaptés à la scène, à l’affiche en Suisse romands et dans votre librairie !



Les compagnies théâtrales et les metteurs en scène peuvent puiser dans la fiction l’inspiration de leurs créations, tant il est vrai que certains styles particulièrement vivants, drôles ou poétiques semblent se prêter tout naturellement à la matérialisation. À qui d’ailleurs n’est-il jamais arrivé d’« entendre » un passage au fil d’un roman, de lire un dialogue à haute voix pour le savourer dans toute sa richesse ?

C’est pour profiter pleinement de cette créativité de la littérature que Payot Libraire vous propose SUR SCÈNE. Car quel plus grand plaisir, lorsque s’estompe la magie du théâtre, que de replonger au cœur de l’œuvre elle-même, et d’aller en lecteur à la rencontre d’un auteur… Au fil de la saison théâtrale romande, cette rubrique traite pour vous des romans à l’affiche et disponibles en librairie. Que le spectacle commence !


Le voyage de Dranreb Cholb

Adapté du récit de voyage « Dix jours en terre ceinte », de Bernard Bloch [Éditions Magellan & Cie, 2017]

Du 14 au 18 novembre 2017. La Comédie, Genève

Parti visiter sa famille, un voyageur va en fait visiter tout Israël à travers les rencontres de témoins vivant la situation inextricable de la région.




Comment Dranreb Cholb, le juif athée, a-t-il eu l’idée de se joindre à un groupe de touristes ouvertement « cathos de gauche » pour rendre tout bonnement visite à sa famille en Israël ? L’état littéralement explosif du monde, menacé de toutes parts par les extrémismes, les migrations, la violence et le réchauffement climatique lui a fait croire, sans doute, que la situation générée par le conflit israélo-palestinien était finalement un microcosme plus facile à appréhender. Car, c’est clair, quelque chose s’agite au fond de la conscience de Cholb, qui sent bien qu’il va falloir essayer de comprendre, n’importe comment, au moins par bribes, pour faire bouger les lignes, fussent-elles de front…

Au fil de cette excursion-prétexte, le voyageur (déjà intuitivement opposé à la politique en cours) essuie mal le choc de la colonisation au quotidien. Sans l’avoir prévu, voilà Cholb contraint par la réalité de s’interroger, et surtout d’interroger les autres, qui apparemment n’attendaient que lui… Il comprendra ainsi que rien de ce qu’on lui dit sur place ne peut être retranché du portait de cette « terre ceinte » qui l’est doublement, par ses frontières problématiques et par les diverses œillères que s’imposent Juifs et Arabes. Du vieux rescapé de la Shoah au jeune Palestinien survivant de petits boulots en passant par les soldats, les militants pacifistes ou les journalistes engagés, tous détiennent une part de la vérité. Tous le convainquent – ou le perturbent, mais en tout cas l’intéressent.

Alors que le but final et familial s’estompe peu à peu, bien que Cholb s’y raccroche comme pour justifier son entreprise, et que la mosaïque se complique tout en se complétant, surgit en filigrane la silhouette impalpable, fantomatique mais séduisante de ce que Bernard Bloch, avec une inventivité langagière étrangement profonde politiquement, appelle « Fédération d’Isratine / Palestaël »…


Voir Aussi :

Sur Internet
• La Comédie, Genève

 

 

10 jours en terre ceinte



Prix Payot

CHF 25,50

Généralement expédié sous 3 jours à 4 semaines (selon disponibilité locale)

Ajouter à ma liste



Passion simple

d'Annie Ernaux – Mise en scène : Emilie Charriot

Du 7 au 22 novembre 2017. Théâtre de Vidy-Lausanne

Renversant les clichés de l’âge et du genre, Annie Ernaux dissèque une toquade devenue obsession, et la femme qui en a été la victime consentante.




La vérité n’est jamais pure et rarement simple, disait Oscar Wilde (qui payait pour le savoir), et la formule éclaire parfaitement cette brève et intense confession.

Alors que l’intrigue – une femme d’âge mûr, s’étant amourachée d’un jeune bellâtre riche, sot et marié, vit une tardive adolescence, mais se consume dans l’attente de rencontres torrides et l’angoisse d’être plaquée – se résume en quelques mots, la surface faussement polie du récit laisse entrevoir bien des récifs et des lames de fond.

Car Annie Ernaux, dont le style reste fluide et élégant dans les plus périlleux aveux, se complaît de manière intrigante dans le rôle de femme-objet « baladée » par un homme qui n’en fait pas grand cas. L’abandon de sa vie personnelle, le retour à des envies gamines de tenues ou d’attitudes provocantes, l’offrande de sa liberté à un quasi-mirage, la souffrance entretenue par la mise en scène de l’attente, du désir et de la perte n’étaient pas nécessaires à cette aventure asymétrique.

Bientôt s’installe donc une sorte d’agacement (mais enfin, Annie, tu vois bien que…), puis s’y superpose l’impression que ces sacrifices sont non seulement inutiles, mais que celui qui les inspire ne les exige pas, ni par sadisme ni par inconscience machiste. Ne serait-ce pas pour elle-même qu’Annie organise cette dépendance, cette véritable addiction dont elle est à la fois l’objet et la spectatrice, la victime et l’interprète ? L’intérêt purement sexuel accordé à son partenaire ne traduit-il pas, autant que la disproportion des âges, un renversement des rôles ? Terne et presque sordide en cas d’amour banalement échangé, la bluette tournée en tragédie érotique prend un relief qui la rend compréhensible, excusable, enviable peut-être… Placé sous la lumière adéquate, ce gâchis amoureux confine à la jouissance. Et là surgit une image incongrue et pourtant fort précise, celle de l’extatique Thérèse d’Avila emportée par la passion mystique, telle que l’arracha au marbre baroque le ciseau du Bernin. Pas mal, pour une histoire d’amour ratée.


Voir Aussi :

Sur Internet
Renseignements et réservations : www.vidy.ch

 

 

Passion simple



Prix Payot

CHF 10,40

Généralement expédié sous 3 jours à 4 semaines (selon disponibilité locale)

Ajouter à ma liste
Autres formats